Le syndrome de l’imposteur

Retrouvez tous les épisodes et abonnez-vous sur les plateformes :
Acast, Amazon Music, Apple PodcastDeezer, Google PodcastsSpotify, et YouTube.

Accéder à la retranscription textuelle brute de l’épisode pour les personnes malentendantes et sourdes
Un énorme merci à Unt’ Margaria pour sa retranscription !

Cet épisode évoque la dépression. Si vous ressentez un mal-être psychique ou si avez des idées noires, ne restez pas seul-e. Parlez-en à votre médecin traitant qui saura vous orienter vers une prise en charge adéquate. Vous trouverez d’autres contacts et informations dans les ressources en bas de page.

Vouloir être la meilleure, penser que la chance est la seule cause de sa réussite, ne pas se sentir légitime, ne pas trouver sa place, se trouver stupide et pas à la hauteur, on dit souvent que le mieux est l’ennemi du bien. Le mieux peut parfois aussi s’avérer être l’ennemi du bien-être. 

Savant mélange d’anxiété de performance, de honte, de perfectionnisme poussé à l’extrême, d’une faible estime de soi et d’une dévalorisation de ses réussites, le syndrome de l’imposteur est relativement fréquent. Il touche notamment beaucoup d’étudiants, et en réalité plus de 60% de la population à un moment ou l’autre de la vie. 

Si le terme de syndrome de l’imposteur peut être critiqué dans la mesure où il ne s’agit pas d’une pathologie, ce sentiment d’être un imposteur n’en demeure pas moins une réalité. Quand faire au mieux devient une souffrance, les troubles dépressifs attendent souvent au tournant. 

Je reçois aujourd’hui Leila, étudiante à Sciences Po et cofondatrice de l’association Stimuli, qui nous explique les difficultés qu’elle éprouve pour trouver sa place dans un milieu auquel elle considère ne pas appartenir. Elle retrace avec nous son parcours, de son enfance au Maroc jusqu’à sa prise en charge actuelle pour ce qui s’est avéré être un trouble anxieux généralisé, doublé d’une dépression, en passant par son engagement contre la stigmatisation et pour la sensibilisation aux troubles psychiques.   

Bonne écoute. 

Ressources liées

En cas d’urgence :

  • SAMU : 15

Si vous avez besoin de parler :

  • Services d’écoute Nightline : www.nightline.fr 
  • SOS Dépression : 08 92 70 12 38
  • SOS Suicide Phénix : 0825 120 364
  • Suicide écoute : 01 45 39 40 00
  • SOS Amitiés : 0 972 394 050
  • Fil Santé Jeunes : 0 800 235 236

Si vous (ou un de vos proches) ressentez un mal-être durable :

Autres ressources :