Homme jouant au poker en fumant un cigare, illustrant les addictions.

En mai 2021, nous recevions le Dr. Jean-Victor Blanc pour évoquer la question des clichés stigmatisants sur la santé mentale. L’approche unique de son premier livre Pop & Psy, utilisant la pop culture comme médium, permet de parler à tout le monde : il est en effet plus aisé de se figurer des concepts cliniques potentiellement flous en se rappelant un film culte ou le destin tragique d’une célébrité. En octobre dernier, il a publié son deuxième livre, Addicts, exploitant toujours cette approche fondée sur la pop culture pour expliquer les addictions et la dépendance.

Réunion entre collègues.

Nos sociétés connaissent actuellement un timide mouvement prônant l’inclusion des personnes précédemment malheureusement marginalisées, telles que les individus souffrant d’un trouble de santé mentale, dans le milieu dit « ordinaire ». Il semble pertinent de faire le point sur la situation actuelle de la santé mentale et du handicap psychique dans l’entreprise.

Une personne tend la main à une autre personne.

Pouvoir jouir du meilleur état de santé possible est un droit humain fondamental. On oublie souvent que le bien-être psychique en fait partie, et dans beaucoup de pays, à l’instar de la France, l’accès à des professionnels de santé mentale est difficile.

Plusieurs mains rassemblées enduites de peinture rouge dessinant un coeur.

En cette journée mondiale de la santé, n’oublions pas que, selon l’OMS, celle-ci repose sur trois grands piliers : le bien-être physique, mental et social. On peut n’être atteint d’aucune pathologie, sans pour autant être en bonne santé.

4/4